La Ville d’Amos engrange un surplus de 858 725 $

Martin
Martin Guindon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Beaucoup plus de revenus que prévu en 2010

La Ville d’Amos a dégagé un surplus plutôt imposant de 858 725 $ pour l’exercice financier qui a pris fin le 31 décembre 2010. Celui-ci s’expliquerait surtout par des revenus plus importants qu’anticipés.

La réserve financière disponible et dédiée à l’ouverture et fermeture des cellules du lieu d’enfouissement technique s’établissait à 3,2 M $ au 31 décembre dernier. (Photo: gracieuseté)

C’est près du double du surplus de 474 497 $ réalisé l’exercice précédent. Pour des revenus totalisant 30,1 M $, la Ville d’Amos rapporte des dépenses de tout près de 29,3 M $, dans ses états financiers déposés à la séance du conseil du 20 juin.

Ces revenus additionnels s’expliquent notamment par la vente de six terrains sur la 5e Rue Ouest (174 000 $) et de huit terrains pour des maisons unimodulaires (93 500 $), des revenus de taxes foncières supérieurs de 170 000 $, des droits de mutation de 62 000 $ plus élevés qu’anticipés et de revenus inattendus de 61 000 $ du gouvernement du Québec dans le cadre du pacte fiscal.

De plus, la Ville a reçu une ristourne de 108 000 $ pour l’assurance collective en responsabilité civile à laquelle elle souscrit. Pendant ce temps, les dépenses sont demeurées au niveau qui avait été fixé lors des prévisions budgétaires pour l’année 2010.

Un bas de laine de 2,3 M $

Ce résultat positif de l’exercice porte à 2 314 376 $ le surplus accumulé de la municipalité. Toutefois, une somme de 549 974 $ est déjà réservée pour la réalisation de projets environnementaux.

La réserve financière disponible et dédiée à l’ouverture et à la fermeture de cellules du lieu d’enfouissement technique (LET) s’élevait quant à elle à 3,2 M $ au 31 décembre.

Ces sommes consistent à 80 pour cent des revenus additionnels générés au LET par l’enfouissement des matières résiduelles provenant d’autres municipalités, dont Rouyn-Noranda. L’autre 20 pour cent est consacré à des projets environnementaux (dont il était question dans les surplus accumulés).

Dette stable

Quant à la dette nette à long terme de la Ville, elle était de 15,8 M $ au 31 décembre, soit au même niveau qu’en 2006 (15,7 M $). Depuis 2004, elle a fluctué entre 15,7 M $ et 17,7 M $, demeurant donc relativement stable.

La Ville d’Amos disposait aussi d’un fonds de roulement de 711 859 $ au 31 décembre. Cet argent sert à financer sans intérêt des immobilisations. Rappelons que l’an dernier, un montant de 600 000 $ a été injecté dans ce fonds par la Ville à même ses surplus de 2009.

3 M $ en immobilisations

La Ville a aussi consacré 3 M $ en immobilisations en 2010, financées à même le fonds de roulement, des règlements d’emprunt ou ses activités courantes. La plus importante part, soit environ 1,7 M $, a été investie dans l’acquisition de nouveaux équipements dans le cadre de son plan de renouvellement de la flotte de véhicules. Les chemins ruraux ont hérité de 300 000 $ additionnels pour leur entretien.

Organisations: Ville d’Amos

Lieux géographiques: Québec, Rouyn-Noranda

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires